L'ANTRO DELL'ORCO de Carlo Crovella

  • En couverture:
  • ISBN: 9788897382133
  • Pages: 168
  • Prix: 13,90 €
  • Genre: histoires de montagne
  • Cadre: Turin, Monviso
  • Vous pouvez également le trouver sur Amazon.it et Libroco.it

 

Catégorie :

Description

Lauréat du 3ème prix dans la section du livre publiée XV Prix Littéraire National Votre montagne, vos émotions Ostana 2014 Excellent roman qui retrace la vie de certains personnages, analysant en profondeur la psychologie, à travers un Turin à la fois passionné et réaliste, et pour le montagnes de la Val Susa, lieux d’évasion et de fuite. La manière d'écrire de l'auteur permet au lecteur de faire l'expérience de ses humeurs et de son ambition d'atteindre l'Orc, la terrible Face Nord de l'Eiger, qui représente presque une métaphore de la vie. La face nord de l'Eiger mesure 1 800 mètres de haut. Il fait froid, maussade, seuls quelques champs de neige interrompent le noir et le gris. Les crêtes, qui le délimitent, sont un peu penchées et imposent une certaine concavité au mur, ce qui me semble être une immense caverne. Cela m'attire comme un défi et me terrifie comme un lieu du mal.

La grotte Orco est un roman qui, dès la première approche, s'avère assez captivant: il s'agit du dernier chapitre d'une trilogie sur l'éternel féminin inaugurée par l'auteur il y a deux ans avec The Man Eater, poursuit le l'année dernière avec la mante religieuse des Voleurs d'âmes et a atterri maintenant à la protagoniste de l'histoire, Lalla. Quelques réminiscences cinématographiques émergent de cette figure féminine qui, avec sa sensualité tendre et vorace, rappelle beaucoup le chef-d'œuvre de Marco Ferreri, Lʻape regina. D'un style éclectique et, visuellement parlant, très proche du novelle français vague et des théorèmes d'incommunicabilité proposés par Michelangelo Antonioni, Carlo Crovella s'inscrit dans les replis d'une broderie narrative sobre et minimaliste mêlant sagement le mélange des passions et des émotions. Sans jamais quitter un ancrage solide dans la réalité quotidienne: une Turin capturée à mi-chemin entre la carte postale du touriste et la peinture naïve, toutes à savourer, sert de cadre aux dialogues "métropolitains". Et, avec seulement un balayage apparemment aléatoire, mais en réalité le résultat d'une alchimie étudiée, il alterne avec l'imminent imbécile et éternel des montagnes du haut Val Susa. En effet, les points décisifs de l'intrigue, ainsi que les aveux les plus intimes et les plus douloureux, émergent du refuge ascétique au milieu d'une nature non contaminée choisie par Estro, le protagoniste masculin, comme incubateur idéal pour son inspiration littéraire. Le titre du roman a une forte valeur symbolique: l’Orc, en fait, est le fameux mur du North Eiger, une sorte de caverne meurtrière qui a aspiré la vie de nombreux alpinistes à la manière d’une énorme plante carnivore. Dans la mémoire iconographique des amateurs d'alpinisme, le mythe du dévoreur de sommets du Moloch-sommet remonte au début des années 1970 dans l'un des meilleurs réalisateurs de Clint Eastwood, Assassinio sull'Eiger, à combiner de manière idéale avec le Stone Cry de Werner Herzog, mis en scène par la suite. sur Cerro Torre, un autre cannibale de montagne. La femme, incarnée ici par Lalla, est l’intrus qui tente de rompre l’union entre Estro et la nature, qui l’embrasse comme un amoureux silencieux. En d'autres termes, Lalla cherche à apprivoiser le loup solitaire enfermé à Estro, fondamentalement misogyne mais également affamé d'amour. La clé pour interpréter L'Orro dell'Orco apparaît donc comme un prisme aux multiples facettes: Crovella laisse le lecteur libre de trouver le sien, et cette élasticité fluide dans le récit est un mérite incontestablement vrai pour ceux qui aiment la fiction. qui, intolérants de certains schémas préconçus tels que les soi-disant "genres littéraires", se déploient librement vers des horizons d'oxygénation expressive comme l'air pur des pics.

Carlo Crovella

Carlo Crovella, né en 1961 à Turin, marié, deux adolescents, membre du GISM (groupe italien des écrivains de la montagne) est un économiste de formation, mais il s'est toujours senti comme un écrivain. Il a commencé à publier des textes de montagne, d'abord sous forme de contenu technique, puis sous forme de fiction, mais il est maintenant engagé dans le voyage progressif vers un récit plus large. Ses histoires sur la montagne, dont la plus récente (2009-2011), ont été publiées dans l'ouvrage La mangiatrice di uomini (Vivalda 2011). Après Souls of Souls (Seneca 2012), L'ogre de l'orque (WLM 2013) est son deuxième roman.

Please follow and like us:
0

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “L'ANTRO DELL'ORCO de Carlo Crovella”